samedi 19 mars 2011

Le poulpe colossal dans Natural History (suite)

Voici le lien pour télécharger Natural History, volume 80, 1971 :

Le poulpe géant dans Natural History (1971)

En 1971, Wood et Gennaro publièrent un article dans Natural History sur le "monstre de Floride" échoué à Saint-Augustine en 1896, et dont des échantillons avaient été conservés à la Smithsonian Institution à Washington.
Ils concluaient que le "monstre de Floride" était un poulpe colossal, mais des études ultérieures montrent qu'il s'agissait des restes d'un cachalot.
Le site archive.org a numérisé des dizaines d'années de Natural History, dont 1971 avec l'article en question (cliquer sur l'image).
WOOD, F. G., and Joseph F. GENNARO Jr.
1971 An octopus trilogy. Natural History, 80 [n° 3] (March).

mardi 18 août 2009

Le "serpent chevelu" des Touareg d'Henri Bissuel


Le commandant Bissuel, dans ses ouvrages sur les Touareg, mentionne un "serpent chevelu" :

"Un autre serpent, plus petit, il n'a que quatre fois la longueur de l'homme, est désigné simplement sous le nom générique d'achchel : il a une touffe de poils sur la tête."

Deux ouvrages de cet officier français sont disponibles sur Google Books (http://books.google.com/)


Pour en savoir plus :

BISSUEL, Henri
1888 Les Touareg de l'ouest. Alger, Alphonse Jourdan : 71.
1891 Le Sahara français. Alger, Alphonse Jourdan : 154-155.

lundi 17 août 2009

L'homme sauvage pyrénéen de Leroy


Dans un ouvrage sur l'exploitation forestière pour la construction navale, l'ingénieur Julien-David Leroy décrit en 1776 un "homme sauvage" de la forêt d'Iraty dans les Pyrénées, précisant notamment :
"Cet homme étoit de la plus grande taille, velu comme un ours, et alerte comme les hisards [isards]...".
L'ouvrage peut être téléchargé sur http://www.archive.org/
Pour en savoir plus :
LEROY, Julien David
1776 Mémoire sur les travaux qui ont rapport à l'exploitation de la mâture dans les Pyrennées. Londres : 8-9.

samedi 8 août 2009

Le poulpe géant de Louis Choris


Lors de l'expédition du Rurik (1815-1818), le grand navigateur Otto von Kotzebue et le naturaliste français (mais réfugié en Prusse) Adelbert von Chamisso, recueillirent des rumeurs sur des poulpes géants dans l'extrême nord du Pacifique.
Louis Choris, peintre de cette expédition, a publié en 1820 un ouvrage aux illustrations somptueuses, et c'est le baron Georges Cuvier, qui les a commentées sur le plan zoologique. En particulier, l'une d'elles montre un chapeau en bois aléoute sur lequel sont peints divers animaux marins, ainsi commentés par le père de l'anatomie comparée :

"en i, est un poulpe, et en k, un calmar à bras courts. Leur grandeur relativement aux cétacés qui les entourent, ferait croire qu'il y a en effet dans leurs parages du nord des espèces de ce genre de taille monstrueuse, et telles que certains écrivains prétendent qu'il en existe."

L'ouvrage est numérisé en mode image sur le site du Humboldt Project :
http://humboldt.mpiwg-berlin.mpg.de/05.sources.htm


Pour en savoir plus :

CUVIER, Georges
1820 Chapeau de bois sur lequel sont peints divers animaux marins. In : Louis CHORIS, Voyage pittoresque autour du monde, Paris, Firmin Didot : 21-22.


Le poulpe géant de Kotzebue, Chamisso et Choris (et d'autres témoignages) pourrait être le poulpe pointillé du nord Pacifique Octopus dofleini ou une espèce encore inconnue, et le calmar géant certainement un Architeuthis. L'un et l'autre ne furent décrits scientifiquement que près de 40 ans plus tard, mais ceci est une autre histoire...

Livre sur le coelacanthe de Hans Fricke


Hans Fricke, un spécialiste du coelacanthe, a publié en 2007 un livre sur ce poisson, et il revient très longuement sur l'énigme des coelacanthes en argent, ainsi que sur des témoignages inédits antérieurs à la découverte du coelacanthe indonésien.

Des extraits de ce livre peuvent être consultés sur Google Books (http://books.google.com/)


Pour en savoir plus :

FRICKE, Hans
2007 Die Jagd nach dem Quastenflosser. München, Verlag C. H. Beck.

mardi 4 août 2009

Survivance récente du Porphyrio paepae


Dans son livre sur les oiseaux éteints du Pacifique, Extinction and biogeography of Tropical Pacific birds (2006), David W. Steadman consacre quelques lignes à un oiseau mystérieux d'Hiva-Oa (Marquises), et cite largement mes recherches sur ce sujet.
Il écrit en effet :

"Clark (1982) croyait qu'un oiseau semblable à la poule d'eau (Porphyrio porphyrio, proto-polynésien kalae) a dû exister dans les îles Marquises ou de la Société [...]. Raynal (1980-1981) notait que le nom marquisien de koau se rapporte à un oiseau incapable de voler avec un plumage violacé qui existait au début du 20ème siècle à Hiva Oa. Avec prescience, il proposait que le koau était apparenté aux grandes formes de Porphyrio de Nouvelle-Zélande (P. hochstetteri sur l'Île du Nord, P. mantelli sur l'Île du Sud ; Trewick 1996). En 1986-1987, j'ai découvert 19 os d'une espèce non décrite de talève ultérieurement nommée Porphyrio paepae, dans des sites archéologiques de Hiva Oa et Tahuata (Steadman 1988). Bien que supportant les propositions de Clark (1982) et Raynal (1980-1981), cette découverte ne résout pas la divergence entre kalae et koau. Les ossements de Tahuata ont 700 à 800 ans (Steadman & Rolett 1996, Rolett 1998), et ceux d'Hiva Oa sont probablement d'un âge semblable.
"Raynal & Dethier (1990) ont suggéré qu'une recherche "cryptozoologique" soit faite à Hiva Oa pour voir si Porphyrio paepae, la talève marquisienne, existe encore. Je suis d'accord que le terrain accidenté d'Hiva Oa mérite plus d'exploration ornithologique qu'il n'en a reçu. Bien que je doute que P. paepae existe encore, je serais le premier à m'en réjouir si c'était le cas. Mes chances de m'en réjouir ont été augmentées récemment par la découverte qu'une talève, présumée être P. paepae, a pu survivre à Hiva Oa au moins jusqu'en 1902 après J.C., l'année où elle a apparemment été dépeinte sur un tableau fait sur place par Paul Gauguin (Raynal 2002). Une recherche fructueuse de P. paepae vivant peut donc nécessiter qu'il n'ait survécu que 100 ans après sa dernière documentation, plutôt que six ou sept-cents ans."

Quelques passages du livre (dont celui-ci) peuvent être lus en ligne sur le site de vente de livres http://www.amazon.com/.

Pour en savoir plus :

STEADMAN, David
2006 Extinction and biogeography of Tropical Pacific birds. Chicago, The University of Chicago Press : 105-106.

Pour tout savoir sur ce dossier, étudié in extenso sur mon site :
http://pagesperso-orange.fr/cryptozoo/dossiers/hiva_oa.htm
Michel RAYNAL